Perte de poids et volonté

Parmi les patients qui viennent me voir en cabinet, plus de 80% consultent pour un motif de perte de poids.

Contrairement aux idées communément admises, perdre du poids n’est pas qu’une histoire de volonté. D’ailleurs, il est aisé d’observer que plus une personne en surpoids ou en obésité a de la volonté de perdre du poids, plus elle entamera des régimes restrictifs à visée amaigrissante qui contribueront davantage au déséquilibre pondéral.

Ainsi, ce sont finalement les patients qui ont le plus de volonté, qui finissent avec un poids conséquent ; ce que nous pourrions appeler le poids de la volonté.

A travers l’ensemble des patients que j’ai pu suivre ces deux dernières années, les prises de poids brutales ont toujours eu des explications qui sont bien souvent multifactorielles : traumatismes subis par le passé, prédispositions génétiques, perturbations hormonales et métaboliques, prise de certains traitements.

Et vous, comment vous sentiriez-vous avec 30 kg de plus ?

Généralement, les prises de poids importantes sont vécues comme un problème à résoudre.

Pour résoudre ce problème, 3 types de comportements sont fréquemment observés :

  • Les stratégies d’évitement : la personne cherche à éviter l’exposition aux aliments jugés défavorables pour sa santé ou pour la perte pondérale.
  • Les stratégies de restriction volontaire : la personne va volontairement restreindre la consommation d’un aliment ou d’une catégorie d’aliments dans le but de perdre du poids ou de ne pas en prendre.
  • Les stratégies compensatoires, dans lesquelles, la personne va vouloir compenser un excès passé ou un excès à venir. Exemple : « ce soir je vais dans un restaurant à volonté, donc je ne mange pas ce midi. »

Ces stratégies peuvent être très fonctionnelles sur du court terme : au final, il suffit de réaliser une période de jeûne pour perdre du poids.

C’est d’ailleurs le principe qu’applique l’ensemble des régimes restrictifs : adopter une alimentation hypocalorique afin de déséquilibrer la balance énergétique en faveur d’une perte pondérale.

Dans son étude publiée le 25 novembre 2010, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a indiqué que la reprise de poids concerne 80% des sujets après un an de régimes, et augmente avec le temps.

Actuellement de nouvelles approches se développent afin de proposer une prise en soin globale, basées sur une efficacité durable.

Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.